Et si notre péché était d’avoir pardonné aux mobutistes ?

En 1992, au sortir de la Conférence Nationale Souveraine avec un gouvernement dirigé par Étienne Tshisekedi désigné le 15 août 1992, Mobutu n’avait plus de prise sur les événements pour conserver son pouvoir. Dans la configuration politique de 1990 à 1992, le Léopard était très affaibli face à une opposition dopée par la popularité incontestable de Wa Mulumba. La fin de la deuxième République paraissait inéluctable avec la mission confiée au gouvernement Tshisekedi d’organiser le référendum sur la nouvelle constitution et les élections générales. Loin de désarmer, le Maréchal s’est évertué à gagner du temps avec l’espoir d’un pourrissement de… Continue reading