Botowamungu Kalome

Rédacteur en chef

Mama Thérèse Ndemu, que ta mort ne soit vaine

Ce mardi 16 mai 2017, à Ngandu wa Mpata à Tshikapa, Mama Thérèse Ndemu a vu la mort arriver à vive allure, assoiffée, débridée, prise de frénésie et de folie. Elle a essayé d’y échapper. Pas lâchement. En cheffe de clan, elle a rassemblé enfants et adultes de la famille, tous tapis dans un abri qui ne les a abrités finalement de rien. La barbarie les y a retrouvés et, à 3 heures du matin, avec des fusils dits de « calibre 12 », des présumés miliciens Chokwe (une tribu de la RDC) les ont assassinés. Froidement. Mama Thérèse Ndemu, la mère… Continue reading

France: Macron n’a été élu que par 44 % des électeurs inscrits

Les chiffres sont sévères pour Emmanuel Macron dont le sacre n’a pas connu la superbe annoncée : ce sont 44 % seulement des électeurs français qui l’ont porté au pouvoir. Bien que largement aidé par la prestation calamiteuse de Marine Le Pen lors de leur débat télévisé et malgré les appels généralisés pour faire barrage au Front National, le plus jeune président français n’a pas suscité la large adhésion annoncée qui lui avait fait dire que « la vie politique française allait se refonder autour de sa personne ». Surtout que 43 % de ceux qui ont voté pour lui affirment l’avoir fait… Continue reading

France : une présidentielle pas folichonne sans réel enjeu

Avouons-le, politiques, militants et intellectuels ont exagéré sur « le fascisme, le racisme et la xénophobie » qui menaceraient la France en cas de victoire de Marine Le Pen à la présidentielle française. Alors que d’élections en élections, le Front National engrange des suffrages, gagne des mairies, aligne des députés aux parlements français et européen, tout le monde feint d’oublier cette réalité devenue banale. Absents pour la  première fois du deuxième tour d’une présidentielle, les deux grands partis espèrent une victoire par procuration en gesticulant sur le refrain : « Il faut faire barrage à l’infamie ». Et jouent même à  culpabiliser les honnêtes citoyens… Continue reading

Fabregas à Nantes, c’est passé tout seul

Le chanteur congolais n’avait pas  eu besoin de forcer son talent samedi 18 mars dernier à Nantes : le Club 25 affichait, sans doute, sa plus grosse affluence et un phénomène groupie, véritable aubaine pour l’artiste qui déclara sa flamme aux filles attroupées au pied de la scène : « Fabregas, Fabro, le métis noir, appelez-moi avocat  des filles ». Dès son arrivée sur scène, un « essaim » a cerné la scène et des dizaines de téléphone portables dépassent les têtes pour immortaliser la soirée. C’est avec une chanson générique avec la danse Tengama que la soirée a démarré avant trois « rumba » qu’une bonne partie du… Continue reading