Botowamungu Kalome

Rédacteur en chef

RDC : l’Udps décide de tuer politiquement Félix Tshisekedi

C’est décidé : le corps d’Étienne Tshisekedi wa Mulumba, décédé le 1er février 2017, restera à l’air libre tant que Joseph Kabila ne mettra pas en place un gouvernement dit « de large union nationale ». Cette surprenante conditionnalité, une première au monde, émane du parti du défunt dont le fils Félix a été proposé comme premier ministre de ce « gouvernement de large union nationale ». Si la dépouille mortelle du Sphinx de Limete ne court aucun risque de putréfaction, ce moyen de pression dégage, cependant, un relent nauséabond illustré par un étonnement général : « Comment peut-on échanger… Continue reading

RDC : ça craque d’un peu partout, sinon tout va bien

À Beni et dans les environs, chaque semaine s’ennoblit de ses dizaines de morts. Pas besoin de pinailler sur l’identité des tueurs et des commanditaires : ADF, FDRL ou Maï Maï, tous font bénéficier leurs victimes d’une égalité de traitement, un mode opératoire rodé, éprouvé, récurrent. Au Grand Kivu toujours, Nande et Hutus tiennent une comptabilité macabre et jouent à qui collectionnera le plus grand nombre des scalps des voisins. Ils en seraient à deux ou trois petits milliers de victimes. À Tshikapa, un conflit intra-clanique a vidé la police locale de tous ses éléments qui ont rejoint un mouvement… Continue reading

RDC : Samy Badibanga sera-t-il le James Kabarebe de Joseph Kabila ?

« N’ayant jamais été violée, la Constitution sera toujours respectée, et ce, dans toutes ses dispositions. ». Joseph Kabila ne croyait pas si bien dire et n’imaginait sans doute pas qu’il serait rattrapé aussi vite par les faits. À peine avait-il prononcé ce propos le 15 novembre 2016 que 48 heures plus tard, en violation de la constitution, le chef de l’État congolais nommait premier ministre Sammy Badibanga, un Congolais naturalisé Belge depuis 2002. À l’affût et amer de ne pouvoir faire plier le pouvoir, c’est Le Rassemblement qui a levé le lièvre en balançant l’information sur la toile. L’ancien ministre Olivier… Continue reading

Fabregas a effectivement obtenu un disque d’or… de mensonge

Pour son deuxième album, indigeste au demeurant, Fabregas a eu du cran pour faire revenir un succès qui s’en est allé aussi vite que le succès fulgurant de sa danse Ya Mado. Le chanteur a carrément exhibé un double disque d’or qu’il n’a jamais obtenu. Après la publication de cette photo, le mensonge a vite été dénoncé mais au lieu de mettre un terme à cette faute, Fabregas et son équipe ont adopté la stratégie du mensonge en colimaçon. Entretemps, le Snep (Syndicat national de l’édition phonographique) chargé, en France, de certifier les disques d’or, de platine et de diamant a fermement… Continue reading