Attentat de l’autocar de la sélection togolaise à Cabinda : 6 ans de prison et 3.600.000 euros d’amende requis contre Rui Mingas

Le 8 Janvier 2010, à Cabinda, un autocar en provenance de Pointe Noire au Congo avec à son bord les joueurs de l’équipe nationale de football du Togo avait été victime d’un attentat qui s’était soldé par 2 morts et 13 blessés. Cette équipe qui participait à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) et qui était escortée par la police angolaise, avait été prise pour cible par des hommes armés pendant 20 minutes. Parmi les blessés graves, le gardien de l’équipe togolaise, Kodjovi Obilale. Cette attaque avait été revendiquée par le FLEC – branche militaire (Flec-PM), par la voix de son… Continue reading

Angola : la bousculade au stade d’Uíge a fait 25 morts

 Le bilan de la tragédie du vendredi 10 février au stade municipal 4 de Janeiro d’Uíge est passé de 17 à 25 morts, selon des sources hospitalières. 8 personnes sont, en effet, décédées le lendemain à l’hôpital. L’accident est survenu lors d’une bousculade à l’entrée principale du stade parmi une foule de fans qui tentait de pénétrer dans le stade déjà plein où se déroulait le match d’ouverture du Girabola, le championnat national angolais, opposant Santa Rita de Cássia au Recreativo do Libolo. Selon Sergio Traguil, l’entraîneur de l’équipe de Santa Rita, « Personne à l’intérieur du stade ne s’était… Continue reading

RDC : la présidence de la République abonnée aux fautes de français

Plus aucun discours, plus aucun communiqué de presse ne sort de la présidence de la République de la RDC sans charrier son lot de fautes de syntaxe et de formules comportant des contresens.  Non, commettre une faute de français n’est pas une abomination, même si cela arrive au sommet de l’État. Personne n’est, en effet, à l’abri d’un accident syntaxique ou d’un accord boiteux. Mais, en la  matière, le cabinet de Joseph Kabila est devenu une usine. Étonnant, car l’on ne peut comprendre que ne siège dans ce haut lieu du pays, autre chose que la crème des crèmes du… Continue reading

Bénin : Sébastien Adjavon relaxé par le tribunal correctionnel de Cotonou

Jugé dans une affaire de trafic de cocaïne, Sébastien Adjavon a été déclaré non coupable et remis en liberté par la justice béninoise. C’est en homme libre que Sébastien Adjavon a quitté dans la soirée du vendredi 04 novembre, le palais de justice de Cotonou. Le parquet devant lequel il comparaissait quelques heures plus tôt a déclaré qu’il ne disposait pas de preuves suffisantes pour l’inculper. Accompagné par une foule de partisans, l’homme d’affaires s’est rendu à l’église Saint Michel de Cotonou pour prier avant de déclarer avoir pardonné à ceux qu’il accuse d’avoir comploté contre lui : « Je suis… Continue reading