France: Macron n’a été élu que par 44 % des électeurs inscrits


Les chiffres sont sévères pour Emmanuel Macron dont le sacre n’a pas connu la superbe annoncée : ce sont 44 % seulement des électeurs français qui l’ont porté au pouvoir. Bien que largement aidé par la prestation calamiteuse de Marine Le Pen lors de leur débat télévisé et malgré les appels généralisés pour faire barrage au Front National, le plus jeune président français n’a pas suscité la large adhésion annoncée qui lui avait fait dire que « la vie politique française allait se refonder autour de sa personne ». Surtout que 43 % de ceux qui ont voté pour lui affirment l’avoir fait pour « faire barrage au Front national ».

Cette élection française a battu le record d’abstentions : 25 % du corps électoral. Des Français de gauche et de la  droite républicaine qui ont refusé d’apporter leurs voix à Emmanuel Macron. Au-delà du rejet du vainqueur de cette élection, ce fort taux d’abstention traduit également le discrédit de la classe politique que les affaires des attachés parlementaires est venu aggraver. Sentiment exprimé par 11 % de ces électeurs qui s’étaient déplacés mais qui ont voté blanc ou glissé un bulletin nul dans l’urne.

Marine Le Pen a gagné 3 millions de voix entre les deux tours

Dans cette élection, avec le peu de crédit dont il dispose, l’appel de la classe politique à faire barrage au Front national aura été contreproductif car Marine le Pen a fait largement mieux que son père en engrangeant 3 millions de voix entre les deux tours contre 700.000 pour son père en 2002 face à Jacques Chirac. Une performance réalisée même dans des circonscriptions inattendues comme dans cette commune de La Réunion où Marine Le Pen est arrivée en tête alors que cette île est un département français qui a la diversité et la tolérance dans son ADN. Une évidence : jusqu’alors les voix du FN n’augmentaient pas d’une manière significative mais avaient une forte incidence au bénéfice de l’abstention mais en atteignant le chiffre  de 10 millions de voix, la  poussée du FN est nette.

Un président dans un champ de décombres

La France s’engage dans une période d’incertitudes en termes de gouvernance car elle va probablement se retrouver sans une majorité parlementaire claire avec, en prime, un président qui a la candeur de rêver d’une majorité qui ne soit ni de gauche ni  de droite et sans être tout à fait de centre-droit ni de centre-gauche. Nous disions dans un article la veille du deuxième tour que « Macron allait traverser sans encombre un champ de décombres pour arriver à l’Élysée » mais pas sûr qu’il dispose cependant des leviers nécessaires pour actionner tout ce qu’il a promis avec enthousiasme  et emphase aux Français.|Botowamungu Kalome (AEM)