1967-2018 : N’yoka Longo, 51 prodigieuses années de scène avec Zaïko Langa Langa


N’yoka Longo est le seul membre présent à la création de Zaïko Langa Langa qui est resté fidèle à ce groupe, malgré plusieurs tentatives de sabordage de l’orchestre matérialisées par des départs massifs de musiciens. Le chanteur est indiscutablement le gardien du temple Zaïko Langa Langa. Toujours combatif à chaque fois qu’il a fallu remettre le navire à flot. Cette année, 2018, N’yoka Longo totalise 51 ans de carrière musicale qui a commencé dans l’orchestre Belguide avant d’intégrer Zaïko Langa Langa. Un parcours fait des hauts et des bas mais sans entamer sa volonté de préserver cet orchestre devenu un véritable patrimoine de la musique congolaise.

Né le 7 septembre 1953, à Kinshasa, Jossart N’yoka Longo Mvula a fait ses premiers pas en musique dans l’orchestre Belguide de Kasa-Vubu en 1967 avec Gégé Mangaya, Teddy Sukami, Enoch Zamwangana et plus tard Pépé Felly qui les avait rejoints. Du flanc de cet orchestre naîtra Zaïko Langa Langa, en décembre 1969. La première ossature est composée de Jossart Nyoka Longo, Pépé Felly, Evoloko, Oncle Bapius, Enoch Zamwangana, Teddy Sukami, Jules Shungu Wembadio, Bimi Ombale, Pierre Nkumu, Delez, etc. Viendront ensuite Mbuta Matima, Mbuta Mashakado, Mavuela Somo, et trois ans plus tard Gina Efonge. Au sommet de sa gloire, Zaiko Langa-Langa va connaitre, en décembre 1974, une première vague de départs de certains ténors comme  Jules Shungu Wembadio, Evoloko, Mavuela, Gina wa Gina ainsi que Bozi Boziana et Djo Mali, qui seront rejoints, deux ans plus tard, par Mashakado dans l’orchestre Isifi Lokolé. Ces départs seront compensés par l’arrivée de Lengi Lenga et Likinga Redo , et ce sang nouveau va encore porter l’orchestre au firmament sous le leadership de Jossart N’yoka Longo.

En 1977, Jossart N’yoka Longo fait partie de l’Orchestre national du Zaïre aile Tabu Ley, qui a représenté le pays au Festival de Lagos avec Abeti, Tabu Ley, Henessy Malao , Mimi Ley, Diasi Kiadi, Likinga, Mbuta Mashakado et Manwaku Waku. En 1981, Evoloko, qui entretemps était revenu au bercail, en plein succès, va quitter l’orchestre avec Roxy Tshimapaka et Djo Mali pour aller fonder l’orchestre Langa Langa Stars. Cet orchestre récolta un succès énorme et fit de l’ombre à Zaïko Langa Langa relégué au second plan.

Comme les précédentes fois, Zaïko avait rebondi et se bâtit une belle notoriété sur la scène internationale. Deux ans après une tournée au Japon, Zaïko Langa Langa va connaître une autre secousse avec le départ, le 6 mai 1988, de Bimi Ombale, Ilo Pablo, JP Buse, Petit Poisson, Popolipo, Mbuta Mashakado, Jimmy Yaba, Mandjeku Jerba, Yvon Kabamba, José Piano Piano, Bébé Atalaku, Djo Moplat et Oncle Mazaza partis créer Zaiko Familia dei. Sorti  de prison au Portugal une année plus tard, Likinga Redo donnera sa préférence à ce nouveau groupe.

Resté avec Bapius, Zamwangana et Matima, Mery Djo et Nono ; N’yoka Longo va recruter Dido Yongo, Adamo Ekula, Thylon Muanda, Petit Aziza, Baroza, Chiro et Petit Cachet, Doudou Adoula, Mundial, Shango, Motingia, Célé Mbonda. Malage de Lugendo viendra trois ans après renforcer l’équipe après le départ de Dindo Yogo. L’orchestre bénéficiera en 1996 d’un renfort avec l’incorporation dans l’équipe de Gégé Mangaya, Volvo, Shango, Modikilo Modeste, Endho, Laudy, Petit Poisson, Roucoulet.

En 2003, en tournée en Europe, Malage, Laudy, Mundial, Lofanga vont faire faux bond et N’yoka Longo va recruter, pour combler le vide, Déo Brondo, Willy Bula, Lassa Lacolyte, Blanchard, Chou Lay. Sonnant la fin du séjour en Europe en 2009, Nyoka Longo demandera à ses musiciens de faire leurs valises pour rentrer au bercail ; sur 26 musiciens seuls Gege Mangaya, Chou Lay et Doudou Adoula répondront à l’appel.

Avec cette équipe réduite renforcée par le retour de Lola Mwana et d’autres musiciens recrutés sur place,  Zaïko Langa Langa est parvenu à défendre son surnom de ‘’Bakolo ngwasumu’’ en mettant tout le monde d’accord avec les animations telles que ‘’Mama Siska ye wana’’ et ‘’Omoni mokongo ya koba’’.

Cinquante et un an de carrière sonnés, Jossart N’yoka Longo est toujours au devant de la scène et continue à égayer les mélomanes avec de la bonne musique aidé par de jeunes musiciens qui perpétuent le savoir-faire de leurs talentueux prédécesseurs. |Herman Bangi Bayo (AEM)

À LIRE ÉGALEMENT SUR

Digitalcongo.net>>>>