La chanteuse T.C.I. jazzy et électrique


T.C.I. (Prononcez en anglais Ti Si Aï) est un tempérament ardent mais qui se présente concomitamment sous des contours très glamour. La chanteuse malienne promène une cohabitation troublante entre une personnalité au caractère direct et trempé avec le charme d’une voix jazzy dès qu’elle se met à chanter. Samedi 24 octobre dernier, à Nantes, à la salle Radar Pin Sec, les mélomanes nantais ont découvert qu’elle ne chante pas, mais qu’elle vit la musique densément.

Alors que la première partie était assurée par un DJ et qu’ils sont censés se trouver retirés dans leur loge attendant, concentrés, leur passage, T.C.I. et son complice, le Burkinabé Shaka, sont dans la salle mêlés au public. Ils ne laissent passer aucune chanson, ils les dansent toutes. Même dans un sport rude comme le rugby, on ne s’échauffe pas aussi intensément. Arrivés sur scène, ils sont rejoints par un autre musicien, le Togolais Djeko. Le temps de deux chansons, le public n’avait qu’une seule expression : « Waoooh ».

La chanteuse a alterné un chant tout en jazzy et un spectacle énergique, époustouflant. Difficile de croire la chanteuse quand elle annonce au public qu’elle prépare son… premier album. Et le DJ Lorenzo, organisateur de la soirée avec Arnold de Kambu, de rassurer le public : « On va créer un autre événement pour que vous applaudissiez plus longtemps T.C.I. ».|Botowamungu Kalome (AEM)

  • Shaka au saxo © AEM

  • Sur scène, ses débuts dans le rap remontent à la surface © AEM