L’Angola va produire de l’énergie hydrocinétique


L’Angola va se lancer dans la production de l’énergie hydrocinétique avec l’objectif d’atteindre une capacité de 9.000 Mégawatts à l’horizon 2025. Cette production permettrait d’assurer la desserte en électricité de 14 millions d’Angolais sur les 20 millions que compte le pays. L’énergie hydrocinétique est un système qui utilise les courants des cours d’eau; ceux-ci actionnent des turbines immergées qui génèrent une énergie qui alimente un générateur électrique.

Ce projet ambitieux devrait résoudre les problèmes de pénurie d’électricité, avec des coupures intempestives de courant à longueur de journées voire de semaines. Un accord a été signé, à ce effet, le 10 juillet dernier à Luanda, entre le ministère angolais de l’énergie et de l’eau et le groupe industriel libanais Privinvest, basé au Moyen-Orient.

Selon les termes de cet accord, la société publique angolaise de production d’électricité (Prodel) et Privinvest s’engagent à créer un consortium en Angola qui sera chargé de la fabrication ainsi que de l’exploitation des parcs hydrocinétiques en Angola. La société Prodel s’engage à acheter toute la production d’électricité du projet dont le démarrage est prévu par la mise en service de trois sites d’essai qui devraient générer une puissance combinée de 12 Mégawatts. Le premier site doit être connecté au réseau en 2017. Palomar Capital Advisers, filliale du groupe Privinvest, a été mandatée par le gouvernement angolais pour structurer le financement du projet, qui est garanti par l’État angolais.

Selon le ministre de l’énergie et de l’eau, João Baptista Borges, l’Angola est «l’un des pays au monde doté du potentiel hydraulique le plus élevé inexploité à ce jour. Ses cours d’eau abondants permettraient aujourd’hui, grâce aux technologies disponibles, d’assurer l’électrification à moindre coût et de couvrir les zones rurales de ce vaste pays ».|Jossart Muanza (AEM)