Commandant Ngi : «À chaque dislocation d’un groupe, le plus fort s’en va avec ses forces et le faible avec ses faiblesses »


Il est né Berger Kabongo Mukadi mais est plus connu sous le pseudonyme de Commandant Ngi. Artiste peintre publiciste sorti de l’Académie des beaux arts de Kinshasa, il n’a pas résisté à l’appel de la scène. En 1986, il intègre un groupe des sketches dans sa ville natale Lubumbashi en RDC et fait sa première apparition à la télé dans la même ville en 1988. C’est le groupe Tuma Haut qui va le révéler au public kinois avec ses collègues Abraham et Barnabé. À la tête de Tuma Haut Fondation depuis octobre 2007 après la dislocation de Tuma Haut Original en juillet de la même année, Commandant Ngi raconte, dénonce avec force, parfois avec un soupçon de provocation; juste ce qu’il faut pour nous faire rire avec intelligence.

AFRIQU’ÉCHOS MAGAZINE(AEM) : Apres la dislocation du groupe, vos amis Abraham et Barnabé ont gardé l’appellation Tuma Haut, ne vous sentez-vous pas orphelin ?

Commandant Ngi : Non, je suis très bien entouré par des chanteurs comédiens pleins de talents comme Zébédée Makaya, chef du groupe, Awa Mambi et d’une jeune fille talentueuse qui a de l’avenir appelée Anto.

AEM : Qu’apporte le terme fondation dans l’appellation de votre groupe ?

Commandant Ngi : C’est pour marquer la différence avec les amis qui ont gardé l’appellation Tuma Haut après notre séparation. Nous comptons, de fait, prendre le statut d’ONG avec l’objectif de réaliser des œuvres philanthropiques ou d’assistance humanitaire. Mais la comédie musicale, la Télé dramatique et Cinématographique ainsi que les spectacles humoristiques resteront nos activités principales.

AEM : Comment vos fans ont-ils accueilli la naissance de Tuma Haut fondation ?

Commandant Ngi : Il faut savoir qu’à chaque dislocation d’un groupe, le plus fort s’en va avec ses forces et le faible avec ses faiblesses.

AEM : Certains comiques vous ont-ils inspiré ?

Commandant Ngi : Le trio Dasufa en RDC et en Afrique. D’ailleurs pour illustrer notre attachement à ce trio, nous venons de monter un spectacle nommé Les soldats intelligents. Ce spectacle reflète le trio Dasufa dans certains aspects comme l’accoutrement des acteurs, l’organisation scénique et les gestes auxquels s’ajoutent quelques notes identitaires de Tuma Haut Fondation surtout qu’il est en français. Nous allons bientôt le graver sur des supports audiovisuels pour nos fans.

AEM : Tout a été réglé et Tout excès nuit, deux séries télévisées en français qui portant votre signature sont très regardées dans les salons de Kinshasa, quel serait le coup d’après ?

Commandant Ngi : D’autres titres sont dans la marmite de Tuma Haut fondation en train de bouillir. Que le public se régale bien avec celles-là pour l’instant mais qu’il sache que nous sommes toujours au travail.

AEM: Quels sont vos thèmes de prédilection ?

Commandant Ngi: Nous sommes observateurs de notre société, les comportements de différentes catégories socioprofessionnelles telles que les chauffeurs, les médecins, les enseignants, les parlementaires etc… nous inspirent.

AEM : RFI va organiser le prix Talent du rire avec le festival du Gondwana en décembre prochain à Abidjan en Côte d’ivoire, là où Papa Wemba rendit l’âme en avril dernier, seriez-vous intéressés ?

Commandant Ngi : À deux reprises, nous avons contacté les organisateurs du festival de Gondwana mais ils ne nous ont pas répondus. La première fois, ce fut lors de la première édition du même festival qui s’est tenue dans ma ville natale Lubumbashi en RDC et la seconde fois, lors de la deuxième édition qui a eu lieu à Abidjan en Côte d’Ivoire. Cette fois- ci encore nous venons d’écrire à Catherine puis au Président fondateur Mamane, nous attendons la suite.
|Propos recueillis par Nicaise Muzany (AEM) Kinshasa, RDC

À LIRE ÉGALEMENT SUR

Digitalcongo.net>>>>