AFRIQUECHOS.CH
newsletter
Rechercher
 
Traduction
_L'INFO A LA SOURCE

_

 


 


ACCUEIL

Stella Obasanjo avait-elle vraiment besoin d’un lifting ?
mardi 1er novembre 2005 Charles Atangana(AEM) UK

Stella Obasanjo, la première dame du Nigeria (photo ci-contre) s’est éteinte le 23 octobre 2005 dans un hôpital en Espagne. Mais les causes de son décès divisent la classe politique nigériane et les médecins des deux pays. Une enquête a été ouverte.

Son corps a été enterré vendredi 27 octobre dernier dans la maison de famille de son mari à Abeokuta, dans le sud-ouest du pays, a indiqué un communiqué présidentiel.

Un service interconfessionnel a été organisé en son honneur dans un stade d’Abeokuta avant que son corps ne soit emmené dans la maison de famille des Obasanjo où elle a été enterrée.

"Après le service, le président Obasanjo a remercié tous ceux qui lui avaient témoigné de la sympathie à l’occasion du décès de son épouse, Stella", ajoute le communiqué


Madame Olusegun Obasanjo est décédée dans une clinique de Puerto Banos non loin de Marbella, où elle avait été admise sur les conseils de son médecin personnel, pour une opération de chirurgie esthétique dont le pays ne dispose pas encore d’expertise en la matière.

Ce qui laisse penser que la défunte voulait se refaire une nouvelle beauté, autrement dit se donner les chances de retrouver une beauté de jeunesse, certainement pour séduire encore plus son mari de président. Malheureusement elle ne va pas réussir ce coup d’éclat. Elle va succomber à l’opération.

A la suite de cette perte irréparable, Olusegun Obasanjo, aurait , d’après certaines informations, ordonné la mise en place d’une commission d`enquête pour déterminer les causes réelles du décès de son épouse. Son médecin personnel qui l’ aurait, dès le départ, recommandée auprès de ses confrères espagnols se trouverait, apprend-on, dans une situation très embarrassante.

Selon les informations relayées par certains de nos confrères de la presse espagnole, la victime aurait été admise à la Molding Cosmetic. Cet établissement est aujourd’hui réputé à travers le monde grâce au travail de perfection qui y est réalisé sur les stars du show-biz qui veulent se relooker et même perdre du poids.

S`agissant de la première dame du Nigeria, la technique utilisée pour sa perte de poids et le rajeunissement de son corps aurait été la liposuccion. Cette technique n`est pas encore très développée en Afrique. Et Ce n’est pas une médecine accessible à tout le monde, notamment à cause de son coût élevé.

La liposuccion est la méthode de perte de poids recommandée lorsque la masse graisseuse est importante. Aussi, seuls le chef de l’Etat ainsi que le médecin de famille peuvent dire ou confirmer si Stella Obasanjo avait atteint des proportions qui auraient pu mettre en danger sa vie et nécessiter cette intervention qui, hélas, lui a été fatale.

A en croire les informations recueillies auprès de certaines de ses compatriotes vivant en Angleterre, la première dame du Nigeria avait une force de caractère et plutôt un poids normal . Elle était même très belle avec son poids d’après ses sœurs résidant au Royaume Uni. Aussi, celles-ci s’interrogent-elles sur les raisons qui ont poussé Stella à aller se soumettre à cette épreuve.

D’après les spécialistes, la perte de poids est aujourd’hui une forte demande en esthétique. C’est en principe le médecin qui choisit la technique appropriée en fonction de la quantité et de la localisation de la masse graisseuse ainsi que de la qualité de la peau. Stella Obasanjo, on le sait, était d’un teint très clair. Il est cependant difficile de dire si elle avait un surpoids.

Le chef de l’Etat qui est aujourd’hui assené de questions au sujet du décès de sa femme, et des messages de condoléances dont certains émanent de ses opposants d’hier, aurait demandé à la presse locale de ne pas en faire trop de commentaires. Seules les conclusions de la commission d’enquête pourront, dès lors, éclaircir et apporter des réponses à toutes les questions que se posent les populations. Ces résultats devraient être communiqués encore cette semaine au Président Obasanjo.

Le Nigeria compte aujourd’hui plus de 130 millions d’habitants. Et il n’est pas honteux d’observer que plusieurs personnes affichent leur embonpoint comme signe extérieur de richesse et même de bien-être.

Pendant ce temps, indique-t-on, les autorités espagnoles auraient demandé aux responsables de la clinique Molding Cosmetic, par crainte de manifestation de haine voire d’émeutes de la part de la communauté nigériane, de ne pas répondre aux multiples questions des journalistes.

Dans la capitale du Nigeria, et ailleurs dans le pays, les uns et les autres cherchent à savoir ce qui a pu bien pousser la première dame qui avait déjà dépasse la barre de 50 ans à recourir à la chirurgie plastique. Selon certaines indiscrétions, la victime serait par ailleurs asthmatique. Elle aurait eu, durant l’opération, des attaques que les médecins ont su contenir .

Il faut dire que la rumeur est entrain de prendre des proportions incontrôlables alors que le Président Olesegun Obasanjo est aujourd’hui un homme réduit de moitié et affiche déjà cette mine de deuil. Avec la disparition de la première dame, le Nigeria perd ainsi une femme très dévouée, aux côtés de son mari, qui était connue pour ses contributions en faveur des enfants et son soutien à plusieurs oeuvres de bienfaisance. Elle s’est, d’autre part, battue dans le cadre du NEPAD afin que la femme puisse avoir également sa place dans cette stratégie pour sortir l`Afrique de la misère et du sous-développement.

Elle a souvent été aux côtés de son mari pendant les moments difficiles que le pays a eu à traverser. Elle s’était investie dans la lutte contre le Sida au Nigeria et dans la région (Afrique). Elle était aimée de la population qui l’appelait affectueusement « the mother » . Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle, le peuple veut connaître la vérité sur son décès.

Un deuil national de trois jours a été décrété en sa mémoire.

Apres Paul Biya du Cameroun, qui s’est remarié, re-marier, Obasanjo rejoint la liste des chefs d`Etat éplorés par la mort de leurs épouses alors qu’ils sont encore en exercice. C`est en tout cas un tournant très difficile que s’apprête à prendre le Numéro Un nigérian dont le mandat, rappelle-t-on, arrive à expiration.

A LIRE AUSSI sur Cameroononline ( Cliquez ici)


 
1 commentaires
Version à imprimer envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Voir les commentaires/Réagir


Dans la même rubrique
 
Grand Kallé honoré à l’Institut national des arts 11 03 2014
Tabu Ley raconté par le journaliste Bazakana 19 02 2014
Colombani Wa Senga : Adieu Megaboule, le Poète 12 01 2014
La musique africaine perd Ibrahima Sylla, producteur de talent(s) 3 01 2014
Ancienne danseuse de Zaïko L.L, Jacky Bebeto s’est éteinte 14 12 2013
Mandela est mort, Vive Mandela ! 5 12 2013
Angola : dos Santos en « visite privée » à Barcelone, Luanda s’affole 3 12 2013
Tabu Ley Rochereau est mort 30 11 2013
Angola : le général Bento Kangamba accusé de trafic sexuel au Brésil 25 11 2013
Likinga Redo raconté en chansons et en témoignages 22 08 2013
Alain Moloto : ma part de vérité sur sa mort 14 08 2013
Alain Moloto : Adieu l’ami, le pote, le frère 13 08 2013
Afrique du Sud : Nelson Mandela hospitalisé dans la nuit, Jacob Zuma appelle à prier pour lui 28 03 2013
Le journaliste Bazakana évoque le défunt Seti Yale 21 03 2013
Disparition du catcheur Kotakoli 28 02 2013
 
Copyrights ©Afriqu'Echos Magazine 2003-2005. Tous droits réservés.
CP. 304 1024 Ecublens-Lausanne /Suisse
Tél. ++41 79 365 04 24
e-mail:aem@afriquechos.ch webmaster@afriquechos.ch 2005
Design by Multiart