AFRIQUECHOS.CH
newsletter
Rechercher
 
Traduction
_L'INFO A LA SOURCE

_

 


 


ACCUEIL > NEWS

Cameroun : Rodrigo de Rato, le Directeur Général du Fonds Monétaire International en visite à Yaoundé
vendredi 12 janvier 2007 Mohamadou Houmfa (AEM)Yaoundé, Cameroun

Depuis le 4 Janvier dernier, date à laquelle le Département des Relations Extérieures du FMI (Fonds Monétaire International) a officialisé la visite du Directeur Général de cette institution les 9 et 10 au Cameroun, l’actualité a revêtu dans ce pays une coloration éminemment économique. De sa descente d’avion le mardi soir aux environs de 20 heures, à son départ le jeudi matin à 1 heure et 30 minutes, Rodrigo de Rato Y Figaredo n’a pas eu une minute pour souffler. Visite qui a donné l’occasion de passer au scanner les relations entre le Cameroun et le FMI depuis 1988 et surtout d’en évaluer les perspectives.


Avec un faible taux de croissance, des salaires à la fonction publique réduits à près de 75%, un endettement qui s’est amplifié au fil des années, une inflation rampante, le tableau économique du Cameroun est encore trop sombre pour qu’on puisse exalter les relations entre ce pays et les institutions de Bretton Wood. Et pourtant, la visite du Directeur Général du FMI à Yaoundé et Douala n’a pas laissé les Camerounais indifférents.

Les raisons de la venue de Rodrigo de Rato se situaient à deux niveaux : Il s’agissait pour lui d’inaugurer le centre régional d’assistance technique pour l’Afrique (Afritac) à Libreville devant desservir outre, les 6 pays de la CEMAC (le Cameroun, le Gabon, la Centrafrique, le Congo, le Guinée Equatoriale, le Tchad), le Burundi et la République Démocratique du Congo. Le Cameroun et le Gabon étant les deux pays les plus importants de l’Afrique centrale et se disputant le leadership dans la sous région, on peut comprendre pourquoi Rodrigo de Rato a choisi de visiter les deux pays pour un objectif principal. Ce centre régional est le troisième en Afrique subsaharienne après celui de Dar es Salaam et de Bamako. Dans une tribune signée par Rodrigo Rato et publiée dans le quotidien gouvernemental Cameroon tribune , celui-ci explique , en ces termes, le rôle de Afritac : « Afritac interviendra principalement sous la forme d’appuis d’experts-résidents ainsi que de spécialistes en mission de courte durée dans les domaines qui relèvent de la compétence du FMI. Il s’agira notamment de la supervision bancaire, de la gestion de la dette publique, des dépenses et des recettes publiques ainsi que des statistiques macroéconomiques »

Il s’agissait aussi, pour lui, de passer en revue, en compagnie des différents acteurs de la vie économique du Cameroun, la situation économique du pays et d’explorer les champs dans lesquels devront désormais évoluer les relations entre son institution et son pays hôte. Même si Babissakana, expert financier et consultant dans plusieurs médias camerounais sur les questions économiques et financières ; dans une lettre ouverte adressée au Directeur Général du FMI ; estime que l’inauguration de Afritac est le réel motif de sa visite, on ne peut pas dire que le séjour de Rodrigo Rato ait été une sinécure. Dès sa descente d’avion, il a donné une conférence de presse où il n’a pas manqué de saluer l’atteinte par le Cameroun du point d’achèvement de l’initiative PPTE ( pays pauvre très endetté), atteinte du point d’achèvement ayant classé le Cameroun parmi les bons élèves des grands argentiers de Bretton Wood.

Mercredi, il a été reçu par le chef de l’Etat Paul Biya. L’échange entre les deux hommes était tant brodé de l’exigence protocolaire et de la prudence diplomatique qu’on a eu du mal à entrevoir les vérités de la coopération Cameroun-FMI. Le Directeur Général du FMI a ensuite échangé avec les hauts cadres de l’administration camerounaise, les membres de la société civile, du secteur privé, les représentants des institutions internationales et des organisations syndicales . Une occasion de mettre l’accent sur les défis qui interpellent le Cameroun après l’allègement de la dette multilatérale (l’atteinte du point d’achèvement a permis d’effacer 1400 milliards de francs CFA de dette). Pour finir, Rodrigo de Rato s’est rendu à Douala, la capitale économique, où il s’est entretenu au pas de course au salon d’honneur de l’aéroport de Douala avec le Gouverneur de la province du littoral et certaines hautes personnalités de la ville.

Il était 1 heure et 30 minutes quand le patron du FMI a quitté le Cameroun, laissant derrière lui un pays divisé entre ceux qui pensent, comme Paul Biya, que le Cameroun a besoin du FMI pour « asseoir les bases d’un développement économique vigoureux et durable » et ceux, comme Babissakana, pour qui le Cameroun est plutôt victime de l’ « impérialisme financier » du FMI qui impose aux pays pauvres « des financements sans portée d’efficience financière vérifiable ». |Mohamadou Houmfa (AEM)Yaoundé, Cameroun


 
0 commentaires
Version à imprimer envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Voir les commentaires/Réagir


Dans la même rubrique
 
Angola : des investisseurs français attendus dans l’agriculture 13 11 2014
Angola : la TAAG signe un contrat de partenariat avec Emirates Airlines 3 10 2014
Angola : le métro à l’horizon 2017 3 10 2014
Diamants : De Beers de retour en Angola 15 04 2014
Sonangol se retire de l’Irak 9 03 2014
RDC : sous-traitance minière, un bon filon pour les sociétés étrangères au Katanga 14 12 2013
Le Challenge entrepreneurial du Bassin du Congo : du « sur mesure » 23 10 2013
Pétrole : l’Angola en passe de devenir le premier producteur africain 13 10 2013
RD Congo : Somika, mines, maïs et compagnies 13 10 2013
TAAG va bientôt desservir Paris ou Londres 22 07 2013
RDC : enfin le haut débit ! 8 07 2013
Congo-Brazzaville : retour de la production industrielle de l’huile de palme 7 06 2013
RDC : La LICOCO réclame un audit des fonds chinois alloués aux infranstructures 12 03 2013
Filière palmier à huile en RDC, un redémarrage timide 26 02 2013
RDC : La Gécamines prend le contrôle de la Somidec 21 01 2013
 
Copyrights ©Afriqu'Echos Magazine 2003-2007. Tous droits réservés.
CP. 304 1024 Ecublens-Lausanne /Suisse
Tél. ++41 79 365 04 24
e-mail:aem@afriquechos.ch webmaster@afriquechos.ch 2007
Design by Multiart