AFRIQUECHOS.CH
newsletter
Rechercher
 
Traduction
_L'INFO A LA SOURCE

_

 


 


ACCUEIL > NEWS

Terrorisme : atout incongru pour l’industrie touristique africaine
jeudi 22 février 2007 Charles Atangana(AEM) UK
JPEG - 14.3 ko

Avec la phobie des attentats terroristes dans le monde, l’Afrique est devenue la destination préférée des touristes selon le dernier rapport de l’organisation mondiale du tourisme (OMT)

Parent pauvre du tourisme mondial, le continent africain a enregistré en 2006 la plus forte croissance du nombre de touristes comparativement aux autres destinations d’après les chiffres fournis par l’organisation mondiale du tourisme (OMT) à Madrid -où elle a son siège.

Le rapport place l’Afrique au premier rang des destinations avec près de 800 millions de visiteurs deplaces en 2006.


A cause de la peur des menaces terroristes, mais aussi de la peste bovine et aviaire, de l’augmentation vertigineuse du prix du barril de pétrole et de l’annulation des réservations de dernière minute, le tourisme naturel et sauvage africain a ainsi attiré plus de visiteurs en Afrique.

En Afrique subsaharienne, Maurice -où les capacités aériennes ont été renforcées- a enregistré 719 000 visiteurs en 2005 (soit +6% par rapport à 2004) et l’Afrique du Sud 6 815 000 visiteurs (soit +10%). Cette progression a atteint des résultats remarquables au Kenya où se sont rendus 1 132 000 visiteurs en 2005 (+31%) et au Mozambique dont la progression a été évaluée à +37% entre janvier et septembre 2005 par rapport à la même période en 2004. A contrario, le nombre des arrivées aux Seychelles a stagné (+0,3%) car « ce pays continue d’être confronté à la vive concurrence de destinations moins chères offrant des produits mer-soleil similaires », expliquent les analystes de l’OMT.

Le rapport attribue la préferénce des visiteurs pour l’Afrique sur la qualité qu’offrent la nature et les parcs d’attraction. Il évoque notamment les ressources naturelles abondantes et les attractions naturelles les plus sauvages que l’on puisse encore trouver en Afrique. Car aujourd’hui, d’après l’OMT, les touristes ont de plus en plus envie d’aller à la decouverte des nouvelles sensations touristiques et même les plus dangeureuses. Le rapport souligne aussi le fait que les populations du continent jouent un rôle important dans la prévention des éventuelles attaques terroristes dont l’Afrique n’est toutefois pas à l’abri.

L’Afrique du Sud reste la première destination du tourisme récepteur

Manque d’infrastructures, perception d’un risque d’insécurité lié aux conflits armés dans certains pays, coûts élevés du transport aérien, problèmes sanitaires, le continent africain dans son ensemble souffre de ce que le secrétaire général de l’OMT, Francesco Frangialli, appelle « des difficultés objectives ». Mais, souligne-t-il par ailleurs : « Nous finissons par nous habituer à ce qui est inacceptable, et le consommateur potentiel de voyages s’efforce d’intégrer la préoccupation pour la sécurité dans le choix de sa destination [sans pour autant] renoncer à voyager ». Ainsi peut, par exemple, s’expliquer la reprise des visites au Kenya, un pays qui s’essoufflait ces dernières années après l’attentat perpétré contre l’ambassade américaine de Nairobi (1998) et les attaques terroristes de Mombasa (2002). A partir de l’été prochain, Kenya Airways compte assurer trois vols directs hebdomadaires entre Nairobi et Paris, et transporter ainsi quelque 600 passagers par semaine.

L’Afrique du Sud reste la première destination choisie par les touristes. Elle poursuit des actions de promotion en direction des marchés traditionnels et entame une nouvelle stratégie de positionnement par rapport à la concurrence : elle a annoncé qu’elle accueillerait la Coupe du monde de football en 2010 et stimule les investissements dans le développement et le marketing. Ne bénéficiant pas des mêmes atouts, des pays comme le Mali, la Mauritanie et Madagascar tirent correctement leur épingle du jeu : à titre d’exemple, citons Madagascar qui est passé de 139 000 visiteurs à 200 000 entre 2004 et 2005, et le Mali de 70 000 à 113 000 visiteurs sur la même période.

Avec près de 2 %, les Etats Unis est la région du monde à avoir enregistré le plus faible nombre de visiteurs, certainement à cause de la tension socio politique en Amerique du Nord.

Photo : Couleurs d’Afrique

Euromonitor, l’agence européenne spécialisee dans la gestiondu tourisme dans le mode, prévoit une augmentation de plus de 42 millions de touristes en Afrique. Et ce grâce à la faune et à la nature à l’état sauvage que l’on peut encore y rencontrer . Si certaines régions comme le nord et l’Afrique du Sud continuent d’être les destinations préférées, comme nous l’avons d’ailleurs souligné ci-haut, attractions preferes pour les touristes, il en est de même pour le Kenya et de la Mozambique et aussi pour la Sierre Leone qui ne cesse d’attirer aussi bien les touristes que des entreprises de l’industrie touristique.

Cependant, le rapport émet des reserves sur les politiques en cours dans les pays pour l’attraction des touristes. Tous les pays d’Afrique ne sont en effet pas aujourd’hui suffisamment équipés et organisés pour accueillir le flux des touristes qui débarquent chez eux. Les demandes des touristes sont sans cesse croissantes et les Etats devraient rediversifier leur politique ainsi que les produits pour attirer davantage de visiteurs. En revanche, la situation au Soudan, et dans d’autres zones de conflit réduit certains efforts des tour operators , d’où leur réticence à envoyer les visiteurs dans ces pays qui, il faut le noter, regorgent encore des trésors très convoités par les touristes.|Charles Atangana (AEM), Avec D. Raison(RFI)


 
0 commentaires
Version à imprimer envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Voir les commentaires/Réagir


Dans la même rubrique
 
Diamants : De Beers de retour en Angola 15 04 2014
Sonangol se retire de l’Irak 9 03 2014
RDC : sous-traitance minière, un bon filon pour les sociétés étrangères au Katanga 14 12 2013
Le Challenge entrepreneurial du Bassin du Congo : du « sur mesure » 23 10 2013
Pétrole : l’Angola en passe de devenir le premier producteur africain 13 10 2013
RD Congo : Somika, mines, maïs et compagnies 13 10 2013
TAAG va bientôt desservir Paris ou Londres 22 07 2013
RDC : enfin le haut débit ! 8 07 2013
Congo-Brazzaville : retour de la production industrielle de l’huile de palme 7 06 2013
RDC : La LICOCO réclame un audit des fonds chinois alloués aux infranstructures 12 03 2013
Filière palmier à huile en RDC, un redémarrage timide 26 02 2013
RDC : La Gécamines prend le contrôle de la Somidec 21 01 2013
La Suisse va restituer 43 millions de dollars à l’Angola 27 12 2012
Accord FMI-RDC, de chaudes discussions en perspective 10 12 2012
Les entreprises britanniques lorgnent sur la Côte d’Ivoire 27 07 2012
 
Copyrights ©Afriqu'Echos Magazine 2003-2007. Tous droits réservés.
CP. 304 1024 Ecublens-Lausanne /Suisse
Tél. ++41 79 365 04 24
e-mail:aem@afriquechos.ch webmaster@afriquechos.ch 2007
Design by Multiart