AFRIQUECHOS.CH
newsletter
Rechercher
 
Traduction
_L'INFO A LA SOURCE

_

 


 


ACCUEIL > CULTURE & ARTS

Amina Garba :« La culture haoussa est tellement riche qu’on n’ a pas besoin de copier qui que ce soit. »
mercredi 7 mars 2007 Adamu Abubakar Gwarzo (AEM), Abuja-Nigeria

Amina Garba est l’ une des meilleures actrices du Haoussa film, le Haoussa movies . Elle est surtout specialisée dans le rôle de mère qui lui colle à merveille, ce qui lui a valu le surnom de " Mama Dumba " , un rôle qu’elle a joué au tout début de sa carrière.

Sa popularité dépasse les frontières du Nigeria. En Afrique, elle a pignon sur rue notamment au Cameroun , au Ghana, au Togo, au Bénin, au Mali, au Soudan et bien sûr au Niger voisin où elle est plus connue sous le nom de de " Hajiya Salon "

Amina Garba est née Kano, une ville commerciale du Nigeria, en 1962 . Elle s’est mariée juste après l’école primaire et a eu 4 enfants . Après son divorce , elle retourne au banc de l’école où elle obtiendra son certifact d’ études secondaires (GCE) puis poursuivra sa formation pour devenir infirmiere .

Aux dires de ses enfants et de ses proches , Amina Garba concilie merveilleusement son rôle de mère avec son métier d’infirmiere et d’actrice . Entre les scènes du tournage d’un nouveau film, Afriqu’Echos Magazine a pu recueillir une interview d’ elle dont voici les grandes lignes.


Quel est le premier film dans lequel vous avez joué ?

En realité, j’ ai commencé à jouer en 1987 . A l’ époque , on ne parlait même pas de vidéo ou de film, c’ était essentiellement des éléments télévisés. A cette époque du Haoussa movie sur cassette j’ ai decroché mon premier rôle dans le "Turmin Danja " dirigé et produit par Ibrahim Mandawari .

Est ce à dire que vous n’exercez plus votre métier d’infirmiere ?

Si ! Je fais fais les deux et n’oubliez pas que je suis mère de 4 enfants. Ce n’était pas facile mais finalement je me suis adaptée.

Comme toute industrie , l’ industrie du flim doit avoir aussi ses tares. Quelles sont selon vous les remèdes que l’ on peut y apporter ?

Les gens sont toujours enclins à nous critiquer pour des chansons et des chorégraphies, les gens semblent oublier que les chants et les danses font partie de la tradiction et de la culture haoussa. Depuis les temps anciens, les jeunes ont toujours dansé et chanté dans les "Dandalis", je me demande dès lors pourquoi les gens font tout ce bruit. L’essentiel , c’ est de faire en sorte que la musique ait un vrai sens parce que, franchement, je n’apprécie pas du tout ceux qui copient directement les films étrangers. La culture Haoussa est tellement riche qu’ on n’a pas besoin de copier qui que ce soit.

Quel est le secret de votre succès légendaire ?

Franchiment je ne sais quoi repondre .

Il arrive souvent que vous soyez interceptée en cours de route par vos fans, comment voyez vous cela ?

Il n’y a aucun problème surtout que la plupart sont plutôt gentils. Par exemple, quand je vais au marché il m’ arrive tres souvent d’ avoir des remises de prix auprès des commerçants. D’ailleurs, certains ne prennent même pas mon argent . Seulement , il m’ arrive aussi qu’au cours de certaines cérémonies , des fans s’attrooupent juste pour voir tel ou tel acteur. Pour prévenir les dommages que cela peut entraîner nous évitons désormais les cérémonies publiques .

Est- ce que l’un de vos enfants est sur vos traces d’atrice ?

Aucun. Ils sont tous plutôt intéressés par autre chose : l’ un est soldat, un autre travaille dans une grande usine à Kano ville , et les deux restants viennent juste de terminer le service national .

Quels sont vos conseils aux jeunes ?

Je conseillerais aux jeunes d’écouter leurs parents. Car, c’est seulement avec la bénédiction de leurs parent qu’ ils peuvent réussir dans la vie .

Merci Hajiya Amina Garba !

Merci, the french man from Kano !

|Propos reccueillis à Kano par Adamu Abubakar Gwarzo (AEM)

A LIRE AUSSI SUR

Digitalcongo.net>>>>


 
0 commentaires
Version à imprimer envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Voir les commentaires/Réagir


Dans la même rubrique
 
Dakar Trottoirs : destin cul-de-sac de la jeunesse 3 05 2014
L’inavouée africanité du tango évoquée au festival Vues d’Afrique à Montréal 2 05 2014
Clôture du festival « Vues d’Afrique » : Montréal honore la création cinématographique 13 05 2013
« Kinshasa Kids » présenté à Montréal au festival Vues d’Afrique:le pouvoir obscur des pasteurs sur le destin des enfants 3 05 2013
Festival de cinéma « Vues d’Afrique » à Montréal : sujets brûlants et personnages controversés au programme 19 04 2013
L’actrice Laurentine Milebo : « Je me sens femme avant tout, mère, grand-mère… » 20 10 2012
L’Afrique dans sa pluralité au cœur de la 28ème édition du festival de cinéma Vues d’Afrique de Montréal 10 05 2012
7e édition du Festival du film black de Montréal : Focus sur les réalités « noires » 3 10 2011
27e édition de « Vues d’Afrique » : Les destins des femmes africaines évoqués avec gravité et humour 11 05 2011
« Viva Riva ! », le long métrage congolais favori au Festival international de cinéma « Vues d’Afrique »de Montréal 6 05 2011
RDC : sur les traces des assassins de Kabila 15 04 2011
Le Congolais Djo Tunda wa Munga remporte six Oscars de l’Académie du Cinéma africain 6 04 2011
Mostra du cinéma africain de Barcelone : Une 15e édition sous le signe de la jeunesse 16 11 2010
25e édition du festival de cinéma PanAfrica International de « Vues d’Afrique » 23 04 2009
Le premier film africain en 3D gratuit sur Internet : Explications pour cette première 24 11 2008
 
Copyrights ©Afriqu'Echos Magazine 2003-2007. Tous droits réservés.
CP. 304 1024 Ecublens-Lausanne /Suisse
Tél. ++41 79 365 04 24
e-mail:aem@afriquechos.ch webmaster@afriquechos.ch 2007
Design by Multiart