AFRIQUECHOS.CH
newsletter
Rechercher
 
Traduction
_L'INFO A LA SOURCE

_

 


 


ACCUEIL > NEWS

Congo-Kinshasa : La transition a vidé les caisses de l’Etat
jeudi 15 mars 2007 Marie-France Cros (La Libre.be)

Les deux derniers mois de pouvoir des autorités de la transition ont été particulièrement dépensiers.
Le nouveau gouvernement a décidé qu’un audit établira l’état des ministères.
Les ministres devront déclarer leur patrimoine.

Placé à la tête du premier gouvernement issu d’élections pluralistes depuis quarante ans, Antoine Gizenga (Photo : Johanna de Tessières) a promis, lors de son investiture, le 24 février dernier, une "tolérance zéro vis-à-vis de la corruption, des audits dans toutes les entreprises du portefeuille (NdlR : appartenant à l’Etat), la prison pour les détourneurs et le chômage pour les ministres incompétents", rapportait alors le journal kinois "Le Phare".


"Catastrophique"

Dès le premier conseil des ministres, le 10 mars, il a fallu constater que la situation financière des ministères hérités de l’équipe de la transition est "catastrophique". Selon le gouverneur de la Banque centrale, Jean-Claude Masangu, le déficit public des seuls mois de janvier et février 2007 - soit juste avant le départ des "sortants" - atteindrait 50 milliards de francs congolais (environ 70 millions d’euros). Pour toute l’année 2006, il était de 29 milliards de FC.

Le journal "Le Potentiel" attribue ce "trou" aux "indemnités de sortie" de fonction que se seraient octroyé les ministres de la transition, ainsi qu’au fait qu’ils auraient favorisé le paiement de factures à des tiers « pour des raisons faciles à deviner », c’est-à-dire en vue d’un partage ultérieur, comme cela se pratique couramment au Congo. Selon ce journal, les sommes ainsi déversées sur le marché des changes ont été telles que le franc congolais s’est déprécié face au dollar. De fait, selon une mission du Fonds monétaire international, il s’est déprécié de 10 pc sur ces deux mois, ce qui a entraîné une hausse des prix de 4 pc. Selon le porte-parole du gouvernement congolais, les inventaires des immeubles et infrastructures abritant les services de l’Etat faits par les ministres sortants sont "non fiables". Et de déplorer « l’état de délabrement avancé des bâtiments publics et des cessions indues des véhicules de l’Etat au profit des membres des cabinets sortants ».

Le gouvernement Gizenga a donc décidé qu’un audit établira la véritable situation des ministères lors de la prise de fonction des nouveaux détenteurs du pouvoir. « L’audit concernera l’ensemble du patrimoine de l’Etat et la certification des titres de propriété » de ce dernier, a indiqué le porte-parole du cabinet. Le président Kabila a pour sa part rappelé que, selon la nouvelle Constitution, les ministres doivent déclarer leur patrimoine familial à leur prise de fonction. Aide de tous les azimuts

Deux jours avant ce conseil des ministres, le ministre belge de la Coopération, Armand De Decker avait signé à Kinshasa un programme indicatif de coopération au développement portant sur 195 millions d’euros pour les années 2007 à 2010, soit 65 millions par an. Le 10 mars, l’Union européenne indiquait à Kinshasa, par la voix du commissaire européen au Développement, le Belge Louis Michel, qu’elle accordait 161 millions d’euros au Congo pour une série de projets portant sur l’assainissement de Kinshasa, la réhabilitation de routes et l’appui à la bonne gouvernance en matière de justice, police et finances publiques. Le 12, le président de la Banque mondiale, l’Américain Paul Wolfowitz, a annoncé 180 millions de dollars (environ 135 millions d’euros) pour les infrastructures (essentiellement les routes et les points d’eau) mais exige des résultats palpables "dans les six mois". Pour 2008, 2009 et 2010, un financement de 1,4 milliard de dollars est prévu. Enfin le FMI accompagnera le nouveau gouvernement congolais malgré l’échec du programme relais de consolidation à atteindre les objectifs fixés.|Marie-France Cros (La Libre.be)


 
0 commentaires
Version à imprimer envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Voir les commentaires/Réagir


Dans la même rubrique
 
Diamants : De Beers de retour en Angola 15 04 2014
Sonangol se retire de l’Irak 9 03 2014
RDC : sous-traitance minière, un bon filon pour les sociétés étrangères au Katanga 14 12 2013
Le Challenge entrepreneurial du Bassin du Congo : du « sur mesure » 23 10 2013
Pétrole : l’Angola en passe de devenir le premier producteur africain 13 10 2013
RD Congo : Somika, mines, maïs et compagnies 13 10 2013
TAAG va bientôt desservir Paris ou Londres 22 07 2013
RDC : enfin le haut débit ! 8 07 2013
Congo-Brazzaville : retour de la production industrielle de l’huile de palme 7 06 2013
RDC : La LICOCO réclame un audit des fonds chinois alloués aux infranstructures 12 03 2013
Filière palmier à huile en RDC, un redémarrage timide 26 02 2013
RDC : La Gécamines prend le contrôle de la Somidec 21 01 2013
La Suisse va restituer 43 millions de dollars à l’Angola 27 12 2012
Accord FMI-RDC, de chaudes discussions en perspective 10 12 2012
Les entreprises britanniques lorgnent sur la Côte d’Ivoire 27 07 2012
 
Copyrights ©Afriqu'Echos Magazine 2003-2007. Tous droits réservés.
CP. 304 1024 Ecublens-Lausanne /Suisse
Tél. ++41 79 365 04 24
e-mail:aem@afriquechos.ch webmaster@afriquechos.ch 2007
Design by Multiart