AFRIQUECHOS.CH
newsletter
Rechercher
 
Traduction
_L'INFO A LA SOURCE

_

 


 


ACCUEIL

Bonnet nègre, Noir Bonnet et norme cutanée
lundi 28 avril 2008 Mathias Victorien Ntep(1)

Lors du dernier sommet « Afrique – Union Européenne » de décembre 2007 à Lisbonne, au Portugal, les dirigeants des pays africains et européens décidèrent de baser désormais leurs relations sur le respect mutuel.

Seulement, ce contrat restera lettre morte tant que les causes profondes du racisme ne sont pas élucidées. C´est à cette tâche que ce papier veut s´attaquer. Il s´agit donc de reconstruire la vérité historique en recollant les morceaux du « vase en verre brisé » il y a des siècles. La méthode utilisée sera donc le « Reconstructivisme optimal », tant la réalité est complexe (Edgar Nahum Morin).


Y a-t-il une couleur de peau supérieure aux autres ? Y a-t-il une race supérieure aux autres ? Beaucoup de personnes de race « blanche » se leurrent très souvent en pensant qu´elles font partie d´une race supérieure ; elles s´illusionnent en s´imaginant que la couleur de leur peau est supérieure aux autres couleurs.

Le racisme émane de l´Europe de l´Ouest, qui est la région par excellence de l´idéologie de la « supériorité de l´homme blanc » sur les autres races. L´un des précurseurs de cette idéologie est le Français Gobineau, qui avançait que la race supérieure était celle qui avait une peau « blanche », des yeux bleus et des cheveux « blancs ». Il était d´avis que les hommes de couleur étaient inférieurs.

Le « philosophe » allemand Hegel affirmait que l´Afrique, le continent noir, n´avait pas d´histoire ou ne faisait pas partie de l ´histoire. Kant, le philosophe des « Lumières », considérait dans ses élucubrations anthropologiques les plus folles que l´homme noir représentait une dégénération de l´ être humain. Le philosophe de Königsberg faisait remarquer que les nourrissons sont tous « blancs » à la naissance ; la peau du nourrisson noir devenait, selon le champion du « criticisme », sombre au fur et à mesure qu´il grandissait. C´est la raison pour laquelle il accordait un rang bas à la race noire dans ses fantasmes anthropologiques.

Ces spéculations influencèrent au moins indirectement Adolph Hitler qui, en proie à la jalousie et l´envie pathologiques, refusa de remettre la médaille d´or à l´excellent athlète Afro-Américain Jesse Owens lors des Jeux Olympiques de Berlin en 1936, parce qu´Owens avait humilié publiquement le régime nazi, et surtout parce qu´il avait pulvérisé et réfuté la folie idéologique du « Troisième Empire Allemand ». Dans son livre « Mon combat » et dans ses discours, tout comme dans ceux de ses acolytes, Hitler et ses amis soutenaient que l´obscure et la mythique race « Aryenne » était la race des « seigneurs ».

Un « Aryen » serait un homme ou une femme à la peau blonde, aux cheveux blonds, aux yeux bleus ; bref un albinos, selon la biologie. Il ou elle devrait se porter comme un charme, En chiadant l´anomalie de l´albinisme, qui est, comme nous le savons en biologie, l´absence de pigmentation cutanée, on débouche nécessairement sur des résultats fracassants en mesure de, ou de nature, à souffler ou à pulvériser tous les préjugés racistes qui ont tourné en bourrique la plupart des humains qui habitent la surface de la terre.

L´albinisme est une maladie héréditaire qui se caractérise par l´absence totale de pigment dans la peau, le système pileux et les yeux (iris) ; ceci dérive de l´anomalie congénitale qui empêche la transformation de la tyrosine - un acide aminé obtenu après transformation d´un autre acide aminé nommé phénylalanine, que l´on retrouve dans les pommes de terre, les fruits mûrs, les graines de céréales – en mélanine. Cette mélanine protège les individus à la peau foncée des rayons ultraviolets nocifs et les prémunit contre le cancer de la peau. Les albinos sont totalement dépourvus de mélanine.

La preuve, c´est qu´ils ont, dans la plupart des cas, une peau et des cheveux albuginés, des yeux légèrement bleus ou rouges ; ce sont là les caractéristiques d´un albinos. On rencontre les albinos dans tous les pays. Dira-t-on donc qu´un albinos d´Afrique est un noir et un albinos d´Europe un blond ? Dans l´affirmative, ce serait une débilité et absurdité profondes défiant aussi la règle de l´évidence de Descartes. Ceux qui présentent les signes extérieurs de l´albinos sont considérés en biologie comme étant anormaux par rapport à la norme cutanée, attestée scientifiquement, biologiquement, qui est l´homme à la peau sombre, qui est congénitalement protégé contre les rayons ultraviolets et le cancer de la peau. Cela veut dire qu´un homme à la peau « blanche » présente plutôt une anomalie par rapport à la norme. Nous aimerions préciser ici que les termes “albinisme” et “albinos” dérivent du terme latin « albus » qui veut dire blanc. Ce qui veut dire qu´un homme « blanc » est un albinos, tout comme un nègre est un noir. En réalité, le vocable nègre dérive du mot latin Niger qui veut dire « Noir ». C´est Niger qui a donné Nègre en français, Negro en Espagnol, Negro en anglais et Neger en allemand. C´est la raison pour laquelle nos pères – Senghor, Césaire, Martin Luther King – utilisaient, avec ataraxie, les termes « négre » et « negro ».

C´est aussi pour rendre hommage à la norme cutanée, à la peau sombre, dis-je, que le Roi Salomon, rempli de sagesse divine, explique dans son «  Cantique des Cantiques  » 1 : 5-6 : «  Je suis noire et belle, / Ô filles de Jérusalem/ Comme les tentes de Qédar/ Comme les tentures de Salomon/ Ne faites pas attention si je suis noire : /C´est le soleil qui m´a brûlée. […] » Salomon décrit la situation d une femme noire à la norme cutanée vivant au milieu d´une population à majorité « blanche », qui trouve la couleur de la peau de la femme étrange ou extraordinaire.

Autant il va de soi qu´il y a des hommes à la couleur de peau noire ou au teint chocolat, autant il est quelque peu erroné de prétendre qu´il y a des hommes « blancs » comme la craie. Pour dire d´un individu qu´il est « blanc », il faut, en vérité, que la couleur de sa peau soit similaire à celle de la craie utilisée sur les tableaux noirs ou verts. C´est ce que nous pouvons retenir d´une métaphore jointe à l´hyperbole utilisée par Le Capitaine, un personnage de la pièce de théâtre de l´écrivain allemand Georg Büchner Woyzeck, lorsqu´il s´écrit à l´endroit du personnage Woyzeck : « Gars, qu´il est blanc comme la craie ! ». Certes, le Capitaine veut dire que Woyzeck est sous le coup de la panique et sous une pression énorme, mais la métaphore - jointe ici à l´hyperbole - nous enseigne que la couleur blanche s´évalue à l´aune de la craie blanche.

Il est à noter qu´aucun raciste n´a jamais prouvé objectivement les niaiseries puériles sur la prétendue « supériorité de la race blanche ». Ces propositions ne sont jamais basées sur les faits, les connaissances historiques ou les valeurs. Le plus souvent, ces prétentions sont le fruit de fantasmes, ce sont des créations et inventions de l´imagination, qui sont aussi issues d´une attitude maladive digne des romantiques. C´est le cas avec ces empotés qui comparent souvent les footballeurs noirs aux singes. Comme nous l´avons souligné ci-dessus, nous savons qu´aucun humain n´a la queue du singe .C´est donc à juste titre que Goethe soutient que le romantisme est une attitude malsaine et pathologique. Ces fabulations sont souvent échafaudées dans le but de justifier et de légitimer le pillage, l´esclavage, la colonisation et les privilèges mal acquis.

Par ailleurs, il est communément admis que Cham, fils de Noé, celui qui survécut au déluge décrit dans la Bible, qui est un ensemble de documents, fruits et résultats de l´historiographie judéo-chrétienne, tout comme ses quatre fils, à savoir Mizraïm, Couch, Pout et Canaan sont les ancêtres de tous les gens de couleur qu´on rencontre sur terre. Or donc, en scrutant la descendance de ces cinq ancêtres des Nègres, on s´aperçoit qu´ils furent les premiers hommes à exercer la puissance séculière sur terre, à fonder les royaumes et à bâtir les civilisations encore admirées aujourd´hui. Ils fondèrent l´Egypte ancienne (Cham et Mizraïm), la Mésopotamie (Nimrod, issu de Couch) et la Phénicie (Canaan).

C´est la raison pour laquelle l´érudit Martin Bernal soutient que la civilisation classique, c´est à dire la civilisation gréco-romaine, avait des racines afro-asiatiques. Avant lui, Cheikh Anta Diop, qui était physicien, historien et égyptologue, prouva que l´Egypte pharaonique était nègre. L´historien Michel Mourre affirme, de son côté, que la dynastie qui fonda l´Egypte pharaonique était noire ; c´est la dynastie des Thinites, qui avait pour capitale This.

En 1998, l´égyptologue Dietrich Wildung, qui est par ailleurs directeur du Musée Egyptien de Berlin, en Allemagne, déclarait : « Il est clair comme l´eau de roche que l´explosion culturelle en Egypte ancienne avait ses racines en Afrique noire. Il s´agit là d´une révolution conceptuelle/renversement de paradigme. » On doit noter que les Arabes qui vivent actuellement en Egypte sont les descendants de ces Arabes qui vinrent au pays de Cham au 7ème siècle après le Seigneur Jésus-Christ.

Même « Le Livre » (Goethe), c´est à dire la Bible, confirme aux psaumes 105 et 106, Nouvelle Version Second Révisée de 2001, que l´Egypte est le pays de Cham. On comprend donc maintenant pourquoi les anciens Egyptiens s´appelaient “Kmt”, c´est à dire “Les Noirs, les gens de Cham le Noir, les gens du pays de Cham le Noir”.

De plus, en comparant « Kmt » à « Km » - qui veut dire noir en ancien Egyptien, à « Cham » le Noir et à « Kemi » qui veut dire l´Egypte en ancien égyptien ( Michel Mourre), on se rend compte que les trois mots et le nom propre ont exactement le même étymon, qui est « Km ».

Plusieurs érudits et savants “blancs” qui sont au faîte de ces preuves s´escriment souvent à dénaturer et à contrefaire l´histoire, et à passer sous silence ou à escamoter les preuves scientifico-biologiques de la norme cutanée. L´objectif est alors de manœuvrer psychologiquement les hommes de couleur pour leur donner l´impression qu´ils sont des « sous-hommes », et surtout de stimuler psychologiquement les Albins à toujours croire qu´ils sont « supérieurs ». Là où le bât blesse, c´est que certains savants et érudits de couleur se prêtent à ce jeu - au nom du « jeu personnel » bas, de « l´opportunisme » vil et du lucre honteux. Ils ne savent peut-être pas qu´ils contribuent à attiser les tensions entre les habitants de la terre. L´actuel Secrétaire d´Etat français à la Défense, chargé des Anciens combattants Jean-Marie Bockel a récemment affirmé à juste titre : « L´ignorance est le terreau des extrémismes. » En jouant ce jeu, on contribue à la diffusion de l´ignorance.

En fait, ils veulent directement ou indirectement encourager les Albins et les Albines à agir selon les proverbes : “ L´attaque est la meilleure défense » et « Qui veut noyer son chien l´accuse de rage ». C´est la raison pour laquelle certains Albins inventent des fariboles sur la prétendue “supériorité des Blancs”, accablent les autres races de ces sornettes pour empêcher les hommes et femmes de couleur d´attirer leur attention sur les preuves historiques et celles issues des recherches en biologie. C´est là la source du racisme auquel ont recours ceux à qui il tarde souvent de créer des tensions et des conflits entre les races et d´en profiter économiquement.

Si les la plupart des Noirs étaient sournois, malicieux et insidieux, ils utiliseraient les arguments et preuves irréfutables exposés dans ce papier pour considérer tous les « Blancs » comme des « sous-hommes », en raison du fait qu´ils recèlent et présentent une anomalie génétique et chromosomique qui leur donne l´aspect albuginé. Du même coup, ils regarderaient les abrutis profonds qui veulent comparer les sportifs noirs à des singes comme des débiles mentaux qui s´accrochent à des inventions et autres créations de l´imagination, attendu qu´il est évident qu´aucun être humain ne possède de queue comme le singe – je ne pense pas à la « quéquette ». Aucun homme normal, sensé et raisonnable ne s´accroche à des créations de l´imagination ; un homme normal et sensé fournit des propositions intersubjectives ou croit aux arguments profonds, convaincants ou à tout le moins scientifiques.

Fort heureusement, la plupart des personnes de couleur ne veulent pas avoir recours à de tels moyens aussi ignobles. Ils aspirent plutôt à vivre dans un village planétaire paisible - basé sur les valeurs de paix, de justice et de solidarité, qui seules sont en mesure de garantir le succès de la globalisation et l´internationalisation -, monde dans lequel l´être humain est jugé selon son caractère sensé, raisonnable ; selon ses propos, ses pensées et ses actes basés sur la voix de la raison car, comme l´explique John Locke, « l´état de la nature a la loi de la nature, qui doit le régler, et à laquelle chacun est obligé de se soumettre et d´obéir ; la raison, qui est cette loi, enseigne à tous les hommes, s´ils veulent bien la consulter, qu´étant tous égaux et indépendants, nul ne doit nuire à un autre, par rapport à sa vie, à sa santé, à sa liberté, à son bien […] » Il s´agit ici de la Morale universelle réclamée par le philosophe Michel Serres et fondée sur la raison. Or, nous savons que le Seigneur Jésus-Christ a établi, une fois pour toutes, le principe de cette Morale universelle  : « Ne faites pas aux autres ce que vous ne voulez pas qu´ils vous fassent. » Quod Erat Demonstrandum.| Mathias Victorien Ntep*

 [1]


 
Notes:

[1] [1] Mathias Victorien Ntep

Journaliste et chercheur à l´Université de Francfort/Main (Allemagne)

5 commentaires
Version à imprimer envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Voir les commentaires/Réagir


Dans la même rubrique
 
Réaction de Vincent-Sosthène Fouda à l’annonce du décès du Dr Abel Eyinga 16 01 2014
Réaction de Vincent Sosthène Fouda, Président du MCPSD aux vœux du Président Paul Biya : « des vœux anxiogènes pour le peuple camerounais… » 2 01 2014
Message de voeux à la Nation camerounaise 29 12 2013
« C’est décembre, c’est décembre » chante un musicien camerounais ! 18 12 2013
Centrafrique : non, ce n’est pas une guerre de religion ! 14 12 2013
Pourquoi écrivons-nous ? 12 12 2013
Les journalistes camerounais pris en flagrant délit d’incompétence sur la mort de Mandela ou l’impossible anticipation ? 11 12 2013
Cameroun, quand cessera l’hypocrisie et la trahison, je te parlerai au creux de l’oreille… 3 12 2013
La libre circulation en Afrique centrale n’est pas un décret politique mais une volonté des peuples 14 11 2013
Partir….. Je laisse derrière moi des peuples en quête de justice et combattants…. 11 11 2013
Cameroun : le pays a besoin de cap face à la montée du clanisme et de la haine de l’autre 2 11 2013
Cameroun : le professeur Maurice Kamto ou l’impossible vérité politique ! 9 10 2013
Billet d’humour côté campagne électorale au Cameroun en 2013 23 09 2013
Cameroun : il est temps d’agir en homme politique pour moderniser nos institutions territoriales 1er 05 2013
Cameroun : quand le silence du peuple se fait complice... 17 04 2013
 
Copyrights ©Afriqu'Echos Magazine 2003-2008. Tous droits réservés.
CP. 304 1024 Ecublens-Lausanne /Suisse
Tél. ++41 79 365 04 24
e-mail:aem@afriquechos.ch webmaster@afriquechos.ch 2008
Design by Multiart