AFRIQUECHOS.CH
newsletter
Rechercher
 
Traduction
_L'INFO A LA SOURCE

_

 


 


ACCUEIL

Sénégal : Le drôle de mbalax [1] du trinôme Abdoulaye Wade - Idrissa Seck - Karim Wade
mardi 27 janvier 2009 Botowamungu Kalome (AEM)
JPEG - 68.3 ko
Le Président Abdoulaye Wade et son fils Karim Wade, lors d’une visite sur un chantier à Dakar | Photo d’archives : AFP

Déjà qu’ils n’ont jamais réussi à distinguer leur gauche de leur droite, bientôt les Sénégalais, en politique, n’auront plus le choix qu’entre porter en triomphe le fatalisme et adopter avec ferveur le renoncement. C’est l’enseignement à tirer de la récente réconciliation du président Wade et son ancien premier ministre Idrissa Seck qui l’avait défié lors de la dernière élection présidentielle.


Avec le parti socialiste au pouvoir pendant des décennies le credo n’était plus l’idéal progressiste mais l’embourgeoisement ostensible d’une classe politique qui s’engraissait à vue d’œil en encrassant l’espérance des lendemains moins durs pour le commun des Sénégalais. Quand le parti libéral, le PDS d’Abdoulaye Wade, arrive aux affaires en annonçant le « sopi » (changement), il va susciter la transhumance qui fera traverser la rue à de nombreux caciques du parti socialiste afin de ne pas trop s’éloigner de la mangeoire. Quant à ce qui resta de l’opposition il ne lui resta que ses yeux pour pleurer avec le peuple. Pendant ce temps, la relève interne au PDS, incarnée par Idrissa Seck, se fourvoya lamentablement permettant la réélection, par dépit, d’ Abdoulaye Wade. Qui pourrait léguer la présidence à son fils Karim Wade malgré le récent numéro d’enfant prodigue que vient de jouer l’ancien fils spirituel Idrissa Seck.

Il semblait écrit, en effet, que ce dernier allait succéder à Wade dont il avait été premier ministre et directeur de campagne. Sauf que le mentor et le fils putatif avaient des calendriers pas très accordés. Le vieux voulait rempiler tandis que le jeunot s’y voyait déjà conforté par un bilan des plus catastrophiques du président en place. En plus, téméraire, il voulait y arriver avec des fonds publics secrets dont le président lui avait confié juste la garde. Incarcéré, il ira jusqu’à signer une reconnaissance de détournement qui ruina ses chances d’être élu président. Il aura beau sortir des DVD dénonçant les turpitudes de Wade, Idrissa Seck réunira à peine 15 % de voix loin derrière Wade vainqueur dès le premier tour. Trois ans plus tard, il retourne chercher l’onction du « père » et d’annoncer sans bégayer : « Tous les malentendus qui ont pu avoir lieu entre nous ont été levés. Ce sont des retrouvailles sincères, totales et non ambiguës qui viennent d’être proclamées ».

JPEG - 42.3 ko
L’ancien premier ministre Idrissa Seck| Photo d’archives : AFP

Oubliées donc les accusations réciproques de détournement de fonds publics, sauf que dans l’antichambre du pouvoir le fils biologique du président s’y est installé avec sa cour qui ne s’est pas privée de dénoncer ce retour à la maison très calculé. La « Génération du concret », mouvement des proches de Karim Wade a déclaré qu’elle ne pouvait pas avaliser « une telle forfaiture au nom du retour à une certaine morale politique et du bannissement des volte-face et autres reniements perpétuels ». Et d’asséner : « Les retrouvailles de la famille libérale devraient être fondées sur l’éthique. Voilà pourquoi nous sommes contre ces retrouvailles et avons décidé de nous battre ». Quelques jours plus tard, la candidature de Karim Wade pour la mairie de Dakar, en mars prochain, était annoncée.

En revenant à la maison, Idrissa Seck espérait se voir offrir, dans pas longtemps, le fauteuil présidentiel par un président qui a réussi à faire le vide en débauchant des opposants ou en prospérant sur la faiblesse de ses adversaires. Mais c’était oublier que la nature a horreur du vide et que celui qu’il a laissé a été occupé naturellement par Karim. Ce dernier montre déjà un appétit gargantuesque en chassant la mairie de la capitale pour sa première fonction politique. Tout le monde a dû se pousser afin de faire la place au fils. Un fils qui n’hésitera pas à pousser, pas seulement les anciens, mais aussi les murs pour installer la dynastie.|Botowamungu Kalome (AEM)

 [1]

À LIRE ÉGALEMENT SUR

Africatime.com>>>>


 
Notes:

[1] Mbalax  : Prononcer Mbalaar, la danse la plus populaire du Sénégal.

0 commentaires
Version à imprimer envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Voir les commentaires/Réagir


Dans la même rubrique
 
Emeneya : populeuse partouze 2 04 2014
La RDC, ses héros et ses zéros 10 01 2014
Xénophobie : « Brazzaville en surchauffe » 31 07 2013
Mali : Cette guerre que personne ne finira 23 04 2013
J’aimerais bien aimer Joseph Kabila… 3 01 2013
Mourinho organise son limogeage pour aller au PSG 26 12 2012
« Botowamungu, arrêtez votre haine et votre jalousie contre Koffi Olomide » 4 09 2012
Koffi Olomide : Le triomphe final sur lui-même 18 08 2012
Kagame : L’aventure de trop 30 07 2012
Un jour nouveau se lève 9 05 2012
RDC : « Un Muluba ne peut jamais diriger » 19 03 2012
RDC/Élections : Kabila vainqueur d’une opposition inconséquente 10 12 2011
RDC/Élections : Alain Moloto joue avec les nerfs des candidats 14 11 2011
RDC : La presse met le bon sens sous embargo 26 10 2011
Kabila, dépassé, s’en remet aux sectes religieuses 20 07 2011
 
Copyrights ©Afriqu'Echos Magazine 2003-2009. Tous droits réservés.
CP. 304 1024 Ecublens-Lausanne /Suisse
Tél. ++41 79 365 04 24
e-mail:aem@afriquechos.ch webmaster@afriquechos.ch 2009
Design by Multiart