AFRIQUECHOS.CH
newsletter
Rechercher
 
Traduction
_L'INFO A LA SOURCE

_

 


 


ACCUEIL

Léa Morin : « Comment se fait-il que les Burkinabè croient que leur pays est condamné à la pauvreté ? »
mardi 16 mars 2010 Ferdinand Mayega (pour AEM)
JPEG - 75.9 ko
Sur les dômes de Fabédougou, avec Rosée et Djéneba, une amie d’ici et l’accompagnatrice d’un groupe de stagiaires de Jonquière

Le volontariat, ou le bénévolat comme on le dit sous d’autres cieux, intéresse beaucoup les Canadiens, surtout les Québécois. La Québécoise Léa Morin en est une de nombreuses illustrations et effectue depuis janvier, un travail de volontaire au Burkina Faso. Une première expérience sur le continent africain qu’elle juge enrichissante et sur laquelle elle s’autorise même des observations pertinentes.


AFRIQU’ÉCHOS MAGAZINE (AEM) : Parlez-nous de votre activité au Burkina Faso

LÉA MORIN (LM) : Je travaille pour l’association Munyu des femmes de la Comoé. Munyu signifie patience et tolérance, le nom est bien choisi pour représenter les combats auxquels font face les femmes d’Afrique et d’ailleurs. Cette association, qui a vu le jour en 1992, est venue combler le vide laissé par l’Union des femmes du Burkina Faso (UFB). Son objectif est l’amélioration du statut de la femme en vue de son bien-être et de celui de son enfant. J’ai été chargée, entre autres, de l’alphabétisation des adultes déscolarisés dioula. Ma mission est de trouver des stratégies de mobilisation et de sensibilisation de la population pour son alphabétisation. Après avoir analysé les besoins, les champs d’action, les possibilités réalistes d’action, je propose ensuite des projets afin de répondre à la demande. Il faut créer, en partenariat avec différentes instances, des documents de lecture adaptés aux besoins des communautés villageoises, dont le principal problème des post-alphabétisés est qu’ils cessent de lire, soit par manque de temps, par habitude, mais surtout par manque de documents adaptés.

AEM : Comment avez-vous été accueillie ?

LM : Pour une première expérience sur le sol africain, franchement je suis vraiment très heureuse ! L’accueil est indescriptible, les gens sont souriants, chaleureux, ouverts, généreux... Je n’y suis que depuis la fin janvier mais j’adore et je crains de ne plus vouloir partir à la fin de mon mandat ! Je me doutais que j’allais aimer, mais je ne pensais pas que j’allais m’y trouver si bien !

Cependant je dois avouer qu’il y a deux petites choses qui me font particulièrement réfléchir : Le fait, tout d’abord, de la discrimination positive : les Québécois sont très appréciés ici et je trouve parfois difficile de vivre l’injustice positive que me procure ma couleur et mon origine. Mais bon, il faut dire que d’autres pays, notamment européens, apprécient aussi beaucoup les Québécois et là-bas on a droit au même traitement qu’ici, c’est à dire un peu mieux que celui réservé aux compatriotes, entre autres par les autorités...

Deuxième chose qui me turlupine : le manque de transparence. Comment se fait-il que la plupart des gens ne savent pas qui possède les usines de leur région, comment se fait-il qu’ils ne sachent pas pourquoi plusieurs compagnies d’État ont dû être privatisées et d’ailleurs au profit de qui, comment se fait-il qu’ils ne connaissent pas les lois du libre-échange et ses conséquences sur leur économie interne, comment se fait-il qu’ils croient que leur pays est condamné à la pauvreté... Comment se fait-il que le fatalisme religieux soit plus fort que le sentiment du pouvoir sur sa vie... ? Ces choses qui me tourmentent un peu m’inspirent certainement sur l’importance de l’éducation populaire, notamment celle de Paolo Freire, qui a pu alphabétiser des populations, je crois, avec des textes de lois et des informations. D’une pierre deux coups !

AEM : Combien de temps va durer votre travail volontaire sous le soleil brûlant du pays des hommes intègres et quels sont vos projets futurs ?

LM : Je vais travailler encore pendant deux mois et demi, soit jusqu’à la mi-mai. J’ai ensuite deux mois de vacances en Afrique du Nord et de l’Ouest, pour finalement rentrer au Québec en juillet. Pour l’instant je dois dire que l’après me semble encore loin et comme je sais que tout peut changer à tout moment je ne garde que mes deux options de toujours en tête, comme dit mon papa ; « On traversera la rivière quand on s’y sera rendu ! » Mes options restent : soit de repartir en voyage et y travailler, en Afrique, en Asie, je ne sais où... soit de retourner à l’école en économie et politique. Je sais que peu importe l’ordre, ces deux choses se feront certainement !| Propos recueillis par Ferdinand Mayega (AEM)

À LIRE ÉGALEMENT SUR

Africatime.com>>>>

Arrêt sur images : Les femmes de la Camoé au Burkina Faso


 
0 commentaires
Version à imprimer envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Voir les commentaires/Réagir


Dans la même rubrique
 
Angola : colloque sur la vie et l’oeuvre de Kimpa Vita 24 07 2014
Le centre hospitalier Monkole devient le second hôpital général de référence de Kinshasa 13 06 2014
Brazzaville-Kinshasa : passeport et visa désormais indispensables pour traverser le fleuve 22 05 2014
Défense : la carte des pays africains qui dépensent le plus 26 04 2014
Clarisse Mpanumpanu consacrée pasteur 25 04 2014
Environment : Syanga Abílio en super VRP d’Ambiente Angola 2014 15 04 2014
Espace : lancement du premier satellite africain en 2017 15 04 2014
Angola : 1.500 emplois créés dans les domaines de l’énergie et de l’écologie 16 03 2014
RDC : 563 secrétaires généraux retraités privés de leur pension pendant 33 mois 9 03 2014
Quels sont les salaires officiels des dirigeants africains ? 1er 03 2014
Ben Moukasha : « Faire de la sapelogie, de la passion vestimentaire, un enjeu économique au Congo » 12 01 2014
RDC : vers la pénalisation de l’homosexualité 24 12 2013
L’Angola dément toute interdiction de l’islam 27 11 2013
Congo : 27ème édition de la journée nationale de l’arbre 25 11 2013
Angola : vers la fin de l’importation des pièces de rechange d’occasion 5 11 2013
 
Copyrights ©Afriqu'Echos Magazine 2003-2010. Tous droits réservés.
CP. 304 1024 Ecublens-Lausanne /Suisse
Tél. ++41 79 365 04 24
e-mail:aem@afriquechos.ch webmaster@afriquechos.ch 2010
Design by Multiart