AFRIQUECHOS.CH
newsletter
Rechercher
 
Traduction
_L'INFO A LA SOURCE

_

 


 


ACCUEIL

Le vice-ministre angolais Syanga Abilio : « L’équilibre entre économie et écologie est essentiel »
jeudi 14 avril 2011 Manuela Gomes (Jornal de Angola)
JPEG - 29.4 ko
Le vice-ministre angolais de l’Environnement, Syanga Abilio|Photo J.A

L’Angola va abriter du 26 au 29 mai, une exposition internationale sur les équipements, technologies et services environnementaux. Un événement présenté comme « la meilleure façon de promouvoir le développement durable » par le vice-ministre de l’Environnement, Syanga Abilio. Qui souligne l’importance justement pour les entreprises angolaises de participer à cette foire afin de s’armer contre la dégradation de l’environnement : « Nous devons introduire de meilleures pratiques dans le secteur minier et du pétrole, notamment dans l’exploration et la transformation des ressources naturelles ». Propos tenus dans une interview exclusive accordée à notre confrère Jornal de Angola que nous reprenons ci-dessous.


Avec ce premier Salon international de l’environnement, l’Angola ouvre-t-il une nouvelle ère ?

Ce salon va marquer le début de ce que nous pouvons considérer comme la promotion de la connaissance et de l’utilisation des technologies de l’environnement moins polluantes et donc moins nocives. Nous attendons des fournisseurs des technologies et des équipements pour les professionnels dans les domaines de l’économie, de l’énergie, de l’agriculture, de l’eau et de l’industrie. Ces technologies ne sont pas très présentes dans notre pays bien qu’elles soient en augmentation dans le monde. Le ministère de l’Environnement joue le rôle de facilitateur et de promoteur en rassemblant les usagers et les fournisseurs et en créant également un environnement de marché et de sensibilisation. Nous attendons une centaine d’exposants à qui nous allons aussi proposer des séminaires sur l’environnement avec, en perspective, le tri et le recyclage en Angola du plastique, du verre, du bois et du papier. Une meilleure gestion des déchets et leur traitement peuvent être très bénéfiques pour la santé publique et le secteur économique. Ces exposants viendront notamment du Brésil, du Portugal, de Suisse, d’Espagne et de Chine.

Peut-on mesurer le progrès réalisé en la matière par l’Angola, malgré tout ?

Nous sommes un pays en développement en pleine croissance et il est important, pour nous, de penser déjà aux énergies propres. Nous ne pouvons nous satisfaire uniquement de faire partie de la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et d’être signataire du Protocole de Kyoto, bien que le taux de pollution de l’Angola soit insignifiant par rapport à la pollution mondiale. Nous croyons que les technologies environnementales représentent, par ailleurs, une opportunité d’affaires grâce à des partenariats avec des entreprises angolaises avec, au bout, un gain en termes d’emplois. L’utilisation des nouvelles technologies n’est pas encore une pratique courante. Les entreprises industrielles utilisent encore des technologies traditionnelles et son remplacement représente un coût élevé. Par exemple, le ministère de l’Environnement a reçu des informations sur des entreprises de production d’huile comestible à Luanda qui dégage une odeur qui dérange la population. Je pense que ces usines utilisent des vieilles technologies pas très respectueuses de l’environnement.

Sur le plan sonore, de nombreuses plaintes concernent des générateurs électriques très bruyants et qui polluent l’atmosphère et pourtant on trouve aujourd’hui, sur le marché, d’autres machines et équipements plus silencieux. Nous devons accéder à ces technologies afin que chacun ait une vie et un environnement sains. Nous sommes partisans de l’équilibre qui doit exister entre l’économie et l’écologie. Nous devons adopter les meilleures pratiques en matière d’environnement pour que, dans le futur, nous n’ayons pas à payer le prix fort.

Que fait concrètement le ministère de l’Environnement face à ces présumés pollueurs ?

Le ministère de l’Environnement mène de nombreuses campagnes de sensibilisation et d’éducation sur l’environnement. Notre objectif est d’amener les gens à respecter les valeurs de l’environnement, à changer leurs comportements et leurs habitudes pour mieux protéger et préserver l’environnement. Nous sensibilisons également les compagnies qui exploitent et transforment les matières premières, ainsi que les prestataires des services.

Ils polluent tous de la même façon ?

Bien sûr que non. Pour les entreprises qui exploitent les ressources et produisent des biens et des ressources, nous faisons tout notre possible afin qu’elles utilisent des technologies qui soient favorables à la protection de l’environnement. | Propos recueillis par Manuela Gomes (Jornal de Angola - Nº 12167 du 7 avril 2011, pge 4)


 
0 commentaires
Version à imprimer envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Voir les commentaires/Réagir


Dans la même rubrique
 
Miss Africa Gilda Nsumu Nzanga : « Pour le prix d’une pizza, on peut sauver une vie au Congo » 5 05 2007
La Kabylie, une région aux potentialités indéniables 8 04 2007
J.P. Bemba : « On cherche ma tête, on ne l’aura pas » 22 03 2007
Ibinabo Fiberesima se dévoile 21 03 2007
Antoine Gizenga ou le retour du vieux lion 7 03 2007
RDC : NYoka Longo vote Etienne Tshisekedi 16 01 2007
Ghislaine Nelly Sathoud : une étoile montante de la littérature congolaise 8 01 2007
RDC. Dikisongele : au cœur du temps 14 12 2006
Zinédine Zidane se dit « fier d’être Algérien » 13 12 2006
Joseph Kabila au journal belge Le Soir : « Le Congo va surprendre » 20 11 2006
Sacré Mabanckou ! 15 11 2006
Ban Ki-moon, le successeur de Koffi Anan, souhaite une réforme de l’ONU 9 11 2006
Le Docteur Nuru Yakubu honoré par L’ UNESCO 3 11 2006
Suède : Une Congolaise au gouvernement 1er 11 2006
Cheikh Ahedad, un symbole de résistance contre la colonisation en Algérie. 30 10 2006
 
Copyrights ©Afriqu'Echos Magazine 2003-2011. Tous droits réservés.
CP. 304 1024 Ecublens-Lausanne /Suisse
Tél. ++41 79 365 04 24
e-mail:aem@afriquechos.ch webmaster@afriquechos.ch 2011
Design by Multiart