AFRIQUECHOS.CH
newsletter
Rechercher
 
Traduction
_L'INFO A LA SOURCE

_

 


 


ACCUEIL

Congo : Le « Consensus citoyen » prépare l’après-Sassou
lundi 19 décembre 2011 Botowamungu Kalome (AEM), Envoyé spécial à Aix-en-Provence
JPEG - 50.9 ko
Le docteur Marcel Guitoukoulou a illustré une nouvelle fois sa détermination à demeurer un acteur du changement au Congo|Photo : © AEM

«  La fin de la guerre civile, la pacification de la vie politique, la sortie du maquis du pasteur Ntoumi, la démonstration du coup d’État permanent du président Sassou… nous y avons activement participé, mais nous ne devons pas rester sur ces acquis. La responsabilité nous commande de peaufiner des réponses concrètes pour l’après-Sassou ». Tel a été le leitmotiv assigné par son président Marcel Guitoukoulou à la 7ème Université citoyenne du mouvement politique congolais Consensus citoyen, tenu samedi 17 décembre dernier, à Aix-en-Provence, près de Marseille. Ouverte à des intervenants extérieurs, cette rencontre a planché notamment sur trois thèmes : la corruption, la lutte contre la pauvreté et le traumatisme créé par la guerre civile et par le crime des disparus du Beach.


Si l’exercice a été classique sur le plan politique, il a été de haut vol sur le plan intellectuel. Des échanges sans complaisance, quelquefois même rudes, ont suivi les différents exposés. Un intervenant en avait résumé la raison : « Nous devons sortir des généralités, des lieux communs et élaborer des propositions concrètes et réalistes comme un parti qui s’apprête à gouverner ». Cela aurait permis aux oreilles de Sassou de siffler moins mais pas tant que ça : « Le pouvoir a érigé une forme de corruption qui a fini par atteindre toute la société à la différence qu’en haut c’est la course effrénée à l’opulence tandis que plus bas c’est la lutte pour la survie, pour le strict minimum ». Le rétablissement d’un État de droit et la justice sociale ont été prônés à travers une série de propositions qui sont venues compéter l’analyse introductive de Cicéron Massamba.

Parallèlement à l’action politique, Marcel Niati, invité par le Consensus citoyen, a planché sur les leviers disponibles pour lutter contre la pauvreté. De la micro-finance aux micro-projets, les participants ont décortiqué diverses solutions éprouvées ailleurs susceptibles de soulager les maux des Congolais. Le peu d’intérêt de la diaspora congolaise pour des initiatives dans ces domaines a été relevé et certains cadres du mouvement, Léonie Malanda en tête, ont suggéré que des initiatives importantes soient justement prises rapidement dans ce sens.

Si les armes se sont tues à Brazza, la guerre civile de 1997 n’a pas fini de faire des dégâts : « Le traumatisme laissé par ces événements ainsi que par le crime de Beach est occulté » a fait remarquer Roger Loufoua, dernier intervenant. Un vrai problème de santé publique a renchéri le docteur Séraphin Miamfoutila qui a fait état des indicateurs alarmants : « Les cas des maladies cardiovasculaires et des troubles psychiques ont augmenté d’une manière très importante… ». S’il arrivait ou participait au pouvoir, le Consensus citoyen mettrait en place une vaste opération d’aide psychologique et ferait la lumière sur les disparus du Beach afin de « permettre aux familles de faire le travail de deuil, ce qui est difficile tant que les responsabilités ne seront pas clairement établies et reconnues.

Intensifier le combat politique

Les élections législatives prévues pour le premier semestre 2012 ont été considérées comme une occasion à ne pas louper pour mettre le régime à mal a tenu à souligner le docteur Marcel Guitoukoulou : « L’intention du pouvoir de tricher est manifeste, elle est congénitale chez ce régime. Le nombre de députés par circonscription est reparti sans aucune logique démographique. N’empêche, notre mouvement et le parti Le Congrès du Peuple que je préside aussi doivent saisir cette occasion pour convaincre les Congolais qu’ils peuvent précipiter la chute d’un régime miné par des luttes intestines d’une succession que de nombreux dauphins guettent lorsqu’ils ne souhaitent pas qu’elle advienne vite ».

Pour cela, la 7ème Université citoyenne a promis un soutien actif à tous les candidats qui se présenteront sous les couleurs du Congrès du Peuple, un parti dont les dernières restructurations à Brazzaville et Pointe-Noire traduisent « la pénétration de nos idées mais également la confiance en l’avenir qui a été illustrée par l’accueil euphorique et spontané qui avait été réservé à Marcel Guitoukoulou lors de la campagne de l’élection présidentielle » ont avancé plusieurs intervenants. Qui ont également indiqué « l’impatience de leurs militants pour accueillir à nouveau le Docteur afin de démontrer à nouveau que la peur a changé de camp ».| Botowamungu Kalome (AEM), Envoyé spécial à Aix-en-Provence

À LIRE ÉGALEMENT SUR

Africatime.com>>>>

Kimpwanza.org>>>>

JPEG - 81 ko
Des participants enn train d’échanger avant le déjeuner|Photo : © AEM

 
JPEG - 79.1 ko
Patrick et Léonie Malanda|Photo : © AEM

 
JPEG - 83.9 ko
Une table de participants pendant le déjeuner avec ,au centre, Christian qui a présenté la synthèse des travaux|Photo : © AEM

 
JPEG - 92.7 ko
Le docteur Séraphin Miamfoutila qui a présidé cette université et qui a montré géré efficacement cette université et qui a été rejoint pendant le déjeuner par son épouse|Photo : © AEM

 
JPEG - 63.6 ko
À droite, de profil, Roger Loufoua un des cadres du « Consensus citoyen »|Photo : © AEM

 
JPEG - 74 ko
À droite du docteur Guitoukoulou Cardin, le monsieur vidéo qui prêche et diffuse la bonne parole et les images du docteur.|Photo : © AEM

 
JPEG - 76.9 ko
Une table de participants pendant le petit déjeuner||Photo : © AEM

 

 
0 commentaires
Version à imprimer envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Voir les commentaires/Réagir


Dans la même rubrique
 
Paul Biya n’est pas allé aux Jeux olympiques : Est-ce par peur d’un coup d’État ? 14 08 2008
Marcel Guitoukoulou : « J’ai mal au Congo, trop mal » 1er 08 2008
Mfumu Fylla Saint Eudes : « Le taux d’abstentions qui frôle les 90 % est un signe manifeste du discrédit du pouvoir en place à Brazzaville » 10 07 2008
Claude Ernest Ndalla, conseiller spécial de Sassou Nguesso : « Que représentent 200 millions d’euro à côté de ce que la Société Générale a tiré du sol et du sous-sol congolais ? » 16 06 2008
Oscar Gema à AEM : « En 2011, si Joseph Kabila n’est pas réélu, son successeur devra parachever les Cinq chantiers » 9 06 2008
Cameroun : Paul Biya et « ses » généraux rendent l’alternance inenvisageable 29 05 2008
Zimbabwe : Robert Mugabe peut compter sur l’Afrique du Sud, la Chine et la Russie 26 05 2008
Sondage : Les cinq chantiers de Joseph Kabila ont la confiance de plus de 70 % de Congolais 6 05 2008
Dr. Marcel Guitoukoulou :« Le Congo doit changer » 24 04 2008
Gaza : La communauté palestinienne en Algérie dénonce le blocus 14 04 2008
Cameroun : Londres prête à soutenir la mise en place d’une commission électorale indépendante 30 03 2008
Cameroun : Paul Biya face au défi du chômage massif des jeunes 17 03 2008
Cameroun : Marie-Louise Eteki Otabela, accuse Paul Biya de « dérive monarchique » 11 03 2008
Guinée équatoriale : Accusé de tentative de coup d’État, Simon Mann extradé du Zimbabwe 15 02 2008
RDC : La nomination de nouveaux magistrats, "un acte illégal" selon l’opposition 13 02 2008
 
Copyrights ©Afriqu'Echos Magazine 2003-2011. Tous droits réservés.
CP. 304 1024 Ecublens-Lausanne /Suisse
Tél. ++41 79 365 04 24
e-mail:aem@afriquechos.ch webmaster@afriquechos.ch 2011
Design by Multiart